Eclairage sous-marin

Eclairage plongée

Il y a plus de 10 ans, Francis Le Guen m’a demandé d’éclairer la première saison de « Carnets de Plongée ». Il voulait faire « mieux et plus » que lors de ses grands reportages, le désert de Nullarbor ou Trou madame par exemple. Ses références étaient 800 watts et 30 minutes d’autonomie. Avec l’aide de quelques amis, j’ai développé le concept Mylène qui reste, à ce jour, le plus gros système d’éclairage sous-marin autonome jamais conçu, avec une puissance totale de 1600 watts en Xenophot et plus d’une heure d’autonomie. Le jouet pesait un peu moins de 50 kilos et la bascule arrière était un grand moment. Depuis, le HMI a remplacé le tungstène et Mylène a gagné quelques kilos. Mais j’ai voulu conserver un système de lumière sous-marine modulaire, léger ou lourd selon le besoin, puissant ou délicat selon le choix du directeur photo sous-marin, avec une partie que l’on peut mettre en fixe sur un pied avec une alimentation surface pendant qu’une autre « colle » à la caméra en tournant autour du sujet, sur batterie. C’est dans ce sens que mon parc de lumière sous-marine a été développé. Une série de têtes de 50 watts HID modulables à l’infini, des sources d’alimentation multiples et combinables, des solutions pour porter tout ça ou, au contraire, pour le fixer sur n’importe quel support.

→ Eclairage sous-marin : VERSION BATTERIE

La solution idéale en reportage

En version autonome, le système est basé sur une série de batteries de 14,4 volts et 10 Ah qui peuvent alimenter, chacune, de 1 à 3 têtes de 50 ou 75 Watts HMI par l’intermédiaire de coupleurs. On dispose de 1 à 6 tubes, soit un maximum de 18 têtes. Les têtes sont montées sur des rosaces à poignée qui peuvent à leur tour être couplées. Les batteries sont portées soit à l’anglaise, la solution que je préfère car elle permet d’avoir tout ça à l’œil et de pouvoir facilement larguer les batteries pour remonter sur un bateau, par exemple, soit dans un carquois  fixé entre le gilet et la bouteille. Mylène s’utilise avec un gilet tech Apeks®  conçu pour la spéléo qui offre un volume de plus de 30 litres, garantie une flottabilité suffisante et porte des charges lourdes tout en offrant un confort idéal grâce aux nombreux anneaux d’accrochage pour organiser le portage.

→ Eclairage sous-marin : VERSION FILAIRE COURTE DISTANCE

La solution idéale en bassin fermé

Ce système filaire est composé d’alimentations à découpage desservants chacune 6 têtes de 50/75 Watts HMI fixées unitairement ou par rosace de 2 à 6 têtes sur des trépieds sous-marins entièrement inoxydables, sur des supports en aluminium tubulaires ou sur tout autre support grâce à un système de clamps sous-marins. Les nombreuses fixations disponibles assurent une modularité idéale.

Les alimentations stabilisées à découpage sont montées en rack protégés par disjoncteurs différentiels, un système de reprise de terre spécifique garantie une coupure immédiate en cas de fuite électrique.

Un circuit TBT (12v) alimente une télécommande de 15 mètres. Chaque ligne d’éclairage fait 25 mètres, il est donc possible de placer les alimentations en dehors de la zone humide et de ne manipuler que de la très basse tension sur la zone humide.


→ Eclairage sous-marin : VERSION FILAIRE LONGUE  DISTANCE

 
La solution pour un plateau en milieu naturel

Système composé d’alimentations 230 volts sécurisées qui servent des alimentations à découpage en caissons étanches, lesquels alimentent à leur tour sur les 25 derniers mètres 12 têtes de 50/75 Watts HMI fixées sur des trépieds sous-marins inoxydables  ou sur tout autre support grâce à un système de clamps sous-marins. Les nombreuses fixations disponibles assurent une modularité idéale.

Le principe est d’alimenter en basse tension (230 volts alternatif), et donc sur des distances importantes pouvant aller jusqu’à 300 mètres, une station de régulation TBT (12 volts continu) qui sert les têtes d’éclairage.

Un circuit TBT (12v) alimente une télécommande de 15 mètres, il est donc possible de placer les alimentations en dehors de la zone humide et de ne manipuler que de la TBT sur la zone humide.


→ Eclairage sous-marin : VERSION FILAIRE TUNGSTEN

 
La solution classique en lumière artif

Système composé d’alimentations 230 v sécurisées qui servent  3 têtes  tungsten de 650 watts soit  2 kilowatts par ligne. Les têtes sont soit fixées sur des trépieds sous-marins inoxydables  ou sur tout autre support grâce à un système de clamp sous-marin, soit portées à la main fixées sur des rosaces de 3 ou 6 têtes. Ainsi, avec 2 lignes d’alimentation, on peut porter jusqu’à 4 Kw d’une lumière très belle, qui réchauffe bien les couleurs sous-marines et qui reste la plus belle selon moi, en milieu naturel en tous cas.

Les alimentations sont entièrement sécurisées avec un système de reprise de terre utilisable sur un bateau en l’absence de terre physique, un circuit TBT (12v) alimente une télécommande de 15 mètres. Chaque ligne d’éclairage est modulable de 50 à 300 mètres mètres, l’opérateur en zone humide ne manipule que de la très basse tension. Un système de flotteurs rapportés permet de laisser la ligne en surface, ou de la faire couler, à volonté.



Voir également

Prise de vue sous-marine

Machinerie sous-marine

Prise de son sous-marin

Bateau de tournage